Les Chroniques de VJC

14 juillet...Fête nationale, défilé, hommage aux soldats !

Prise de la Bastille, fête de la Fédération, symbole d'union nationale, la célébration du 14 juillet n'a rien perdu de ses principes fédérateurs. La fête nationale est un reflet de l'histoire de France, qui s'est parfois mêlée à celle du monde.

Non, ce n'est pas la prise de la Bastille qui est commémorée,comme tout le monde le croit, mais la fête de la fédération qui s'est tenue un an plus tard, le 14 juillet 1790. Organisée par Lafayette, le commandant de la garde nationale, la milice formée par les bourgeois de Paris pour maintenir l'ordre, la fête de la fédération célébrait le premier anniversaire de la prise de la Bastille. Plus de 100 000 personnes se retrouvèrent sur le Champ de Mars à Paris; ouvriers, bourgeois, nobles, députés, gardes nationaux de province et de Paris...C'est le peuple en armes qui se rassemble pour célébrer la révolution. Empreinte militaire qui se perpétue aujourd'hui à travers le défilé.

Emblème national, le drapeau tricolore doit être manipulé avec précautions et être dans un état conforme au respect qui lui est dû. A l'occasion des cérémonies commémoratives officielles, les communes sont invitées par le préfet (sur instruction du gouvernement) à procéder au pavoisement des édifices publics. Cette directive est également rappelée dans la circulaire que le secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense et des Anciens combattants, adresse aux préfets de tous les départements à l'occasion des dix journées nationales. Le pavoisement doit être effectif pendant toute la journée de commémoration officielle. Il est donc conseillé d'y procéder la veille au soir et de retirer les drapeaux le lendemain de la cérémonie.

Le Défilé du 14 juillet 1919, est le premier après la fin de la Première Guerre mondiale, l’armistice n'ayant été signée le 11 novembre 1918. Le défilé passe sous l'arc de Triomphe, la tombe du Soldat inconnu n'étant installée sous l'arc qu'en 1921. Ce défilé, voulu par   Georges Clemenceau, chef du gouvernement de l'époque   veut honorer ainsi le million et demi de soldats morts au combat au cours de la Première Guerre mondiale. Participants au défilés: 1000 mutilés défilent en tête, les  maréchaux vainqueurs Joffre, Foch et Pétain à cheval, les armées alliées( américains, belges, anglais, écossais, italiens), l'armée française (armée d'Afrique, zouaves, les différents corps de l'armée) les chars fermant lé défilé...Un cénotaphe (monument funéraire) doré de 30 tonnes d'une hauteur de 17,5 mètres pour une largeur de 8 mètres  réalisé sous la direction du sculpteur Antoine Sartorio qui avait été installé initialement sous l'Arc de Triomphe  est déplacé et déposé à l’entrée de l’avenue des Champs-Elysées afin de permettre  au défilé de passer sous l’arche. Chaque face du monument présente une victoire portant dans le dos des ailes d’avion.Ce monument a été ensuite détruit en raison de sa structure ayant un caractère provisoire, construit comme un décor de théâtre. Il se composait d’une charpente en bois, assez sommaire, où s’accrochent des plaques de staf d’environ 3 centimètres d’épaisseur.

Lors de la fête nationale du 14 juillet, les familles des morts au combat, les blessés et leurs proches sont invités à participer aux cérémonies. C’est l’occasion de les honorer, sur les Champs-Elysées d’abord, où ils assistent au défilé dans une tribune face à celle du président de la République qui vient les saluer, puis lors de la traditionnelle réception des défilants à l’Hôtel de Brienne. Ils sont également reçus par le chef d’état-major de l’armée de Terre et par le gouverneur militaire de Paris lors d’autres réceptions. Le défilé du 14 juillet symbolise l'union nationale fondée sur les valeurs républicaines et rend hommage aux soldats d'hier et d'aujourd'hui.

Publié le 14/07/2017

© 2010 - 2017 Veterans Jobs Center - SARL GABIRO - Tous droits réservés - Réalisation GFX Studios