Les Chroniques de VJC

1944...Les SAS français dans les Ardennes belges...!

A l'automne 1944 , après trois mois de combats ininterrompus , le 2e RCP est mis au repos . Les deux Régiments français (2eme et 3eme RCP) très éprouvés et au rangs clairsemés sont rassemblés en Champagne ( Epernay , Esternay , Montmirail ). Ils ont été recomplétés tant bien que mal par l'arrivée de jeunes volontaires dont beaucoup sont issus des F.F.I. Fin Octobre et début Novembre , les inspections et visites se succèdent aux deux Régiments . Les Grands Chefs alliés viennent voir et rendre hommage à ces terribles Paras Français qui ont tant donné dans les combats de l'été et du début de l'automne .

Lors d’une prise d’arme a Esternay le 9 novembre 1944 , le Général Browning décore le Lieutenant-Colonel Bourgoin le Commandant Puech-Samson et le Capitaine Déplante de la Distinguished Service Order (décoration Britannique). Le 11 novembre 1944, les SAS sont rassemblés sur la place de l'Arc de Triomphe. Le Lieutenant Michel Legrand , encadré par sa garde d'Honneur , porte le drapeau des Parachutistes SAS qui reçoit la Croix de Compagnon de la Libération des mains du Général de Gaulle en présence de Winston Churchill . ( Citation du Général de Gaulle « Formation d'élite qui, sous les ordres du lieutenant-colonel Bourgoin, a eu l'insigne honneur d'être la première unité française à combattre à nouveau sur le sol de la Patrie. Parachutée au-dessus de la Bretagne au cours du mois de juin, a réussi à grouper autour d'elle plus de 10 000 résistants. Avec cette aide et au prix de lourdes pertes, a procédé avec le plus grand succès à l'attaque de certains éléments ennemis et à de nombreuses destructions de réseaux téléphoniques, de dépôts de munitions et de voies de communication d'importance vitale pour l'ennemi. A eu une grande part dans le succès de l'offensive alliée à partir de la tête de pont de Normande et a été à l'origine de la libération de la Bretagne. » ndvjc ) Quelques minutes plus tard , les hommes qui , pour la première fois , portent le béret amarante , descendent les Champs-Elysées sous les ovations du public .Le lieutenant-colonel Bourgoin ouvre la marche suivi du capitaine Deschamps , du drapeau porté par Michel Legrand et encadré par Roger Boutinot , Jean Bouard , Pascal Louis , Aloizo Waleina et Marcel Rodier . Derrière , les compagnies se succèdent . Fin novembre , les régiments sont réorganisés , le Commandant Jacques Pâris de Bollardière prend le commandement du 3eRCP et le Commandant Pierre Puech-Samson adjoint de Bourgoin , prend le commandement du 2e RCP. Le lieutenant-colonel Bourgoin quitte le régiment , il est nommé inspecteur des parachutistes .
 
Alors que tout semblait calme en cet hiver 1944 , et que les Alliés avaient étiré leur ligne de front , se déclenche une contre offensive ennemie d'envergure l'opération "Brouillard d'Automne" .Les blindés de Von Rundstedt ont percé le front assez inconsistant des Alliés dans les Ardennes , offensive soutenue par des actions de Commandos opérant en uniforme américain .La situation devient rapidement sérieuse pour les forces U.S de la 101st Airborne notamment dans le secteur de Bastogne . Pendant quelques jours , c'est la grande confusion , on ne sait plus très bien où sont les amis... et les ennemis .Tandis que les hommes du 2e RCP se préparent à fêter Noël , ils sont soudain placés en état d’alerte …Le 22 Décembre , le Cdt Puech-Samson est convoqué d'urgence au H.Q Britannique . Dès son retour , il organise une Unité de Marche , forte d'un Squadron Commandement (Capitaine Betbeze) et d'un Squadron Combat (Capitaine Déplante) , les SAS sont envoyés d'urgence dans les Ardennes belges , c’est le début de la « mission Franklin ». Les troupes Alliés ont laissé dans leur dispositif , une vaste zone , que les Allemands pourraient utiliser pour leur contre attaque .La mission sera donc de colmater cette brèche en plein cœur des forces Américaines , pendant que le 3e RCP fera de même pour soutenir les forces Britanniques . A ce moment le 2e R.C.P comprend 21 Officiers , 165 Sous-officiers et Hommes , une quarantaine de Jeeps armées S.A.S et trois camions Bedford . Les jeunes recrues parties en Angleterre en Novembre pour y être brevetés paras ne sont pas revenus en France .
 
Le 24 au matin l'ordre de départ est donné .Toutes la population qui était mis a contribution pour héberger les Parachutiste de la France Libre , vont alors aider les hommes a se préparer pour leur prochaines missions , tous les mécanos participent a la remise en condition des véhicules , et des plaques de blindages supplémentaire viendra renforcer ces Jeeps destructrices (notamment pour protéger le conducteur). Les véhicules vont rouler toute la journée dans un paysage gris , triste et très froid .La neige a recouvert le parcours .Roulant toujours vers le Nord , en croisant un nombre impressionnant de civil qui quitte la zone de combat , et des véhicules US qui se replis , les français voient la nuit tomber . Très peu de contact avec les forces Alliés . Et à l'heure du Réveillon dans cette première nuit de Noël où le sort des armes avait changé , c'est le drame : des coups de feu claquent devant les véhicules français .A Mortehan , une sentinelle américaine prise de panique a ouvert le feu sans sommation .Le Médecin Capitaine Sassoon Meyer figure légendaire du Régiment est blessé ainsi qu'un parachutiste , Gilbert Lolo .Mais les blessures du Médecin sont trop importantes il décède à l'hôpital de Verdun le 10 janvier 1945 .
 
Le 25 décembre au matin , les Paras franchissent des zones minées , laissé par les Allemands dans leur retraite , qui sont difficile a percevoir du faite de la neige . Les hommes du Sous-Lieutenant Nicol délivreront définitivement la ville de Bertrix , où le P.C du Régiment est installé . L’accueil est fantastique ! Le "Squad" Combat est réorganisé en deux Unités .La première est aux ordres du Lt Legrand la seconde aux ordres du Lt Mairet .L'une assure les patrouilles tandis que l'autre assure la défense du point d'appui fermé , puis inversement . Quelques accrochages ont lieu avec l'ennemi sans plus , et ce jusqu'au 30 décembre , alors que , plus au nord , à Bastogne , la fameuse 101e Airborne américaine , surnommée "les Aigles hurlants", encerclée , va , par son héroïque résistance , empêcher les allemands , qui essaieront en vain de la réduire , de profiter pleinement du succès de leur offensive surprise . Étrange moment de guerre où le front est mal situé , l'ennemi nulle part , et où celui qui porte un uniforme de G.I. n'en est peut-être pas un .Certains villages des Ardennes belges ont ainsi vu passer successivement des Américains , des Allemands , des Français , sans ordre défini et vice-versa .
 
Le 1er janvier 1945, le peloton du sous-lieutenant Simon effectue une reconnaissance vers Smuid (Peloton 2 , Troop A) . Les SAS tombent sur une patrouille ennemie et le sergent Jean Prédali est tué au cours de l’action . Son corps est ramené et veillé dans l’église de Bertrix . Le 10 janvier , les Américains font savoir a l’Etat-Major du 2e RCP qu’une division Allemande a établi son PC a Saint-Hubert avec près de 4000 hommes . Malgré les mises en gardes des Américains , le Capitaine Déplante décide d’effectuer des reconnaissances , et envois deux patrouilles .Celle du S/Lt Taylor d’un coté et celle du S/Lt Raufast de l’autre . Dans des conditions climatiques difficiles , et par des approches prudentes faites a pieds , les Parachutistes Français situes les lignes ennemies et le 12 janvier , le peloton du sous-lieutenant Raufast libère Saint-Hubert . Puech-Samson reçoit le message suivant : « Avons pris St-Hubert , envoyez renforts ». Les Américains n’en reviennent pas : «Ces Français sont fous ! ».
 
Un nouveau PC est installé a St-Hubert depuis la libération de la ville , d’ou des patrouilles partent pour continuer la mission de progression , en direction d’Houffalize . De nombreuse opérations de déminage vont être effectué car les Allemands n’ont pas oublié de protéger leur retraite . Le Lieutenant Varnier est spécialement chargé de ces déminages et de la détection des pièges . Le 20 Janvier , le S/Lt Richard et dix hommes partent en patrouille pour Steinbach .Il n’y a pas de guetteurs Allemands car la ville est loin derrière les postes avancés ennemis . La ville est tenue , et la garnison est capturée , ainsi que de nombreuses armes et matériels . Le 21 Janvier , le S/Lt Taylor et ses hommes prennent Limerlé et un nouveau PC est installé . Les patrouilles continuent en direction du Luxembourg . Le 24 , la Jeep du Commandant Puech-Samson saute sur une mine . Le Commandant est grièvement blessé ainsi que S/Lt Robert . Le 25 , retour a Bertrix , la relève est cette fois annoncé pour de bon . Les vrais combats sont de plus en plus rares , seulement des petites attaques qui feront quelques blessures et qui verrons certains Soldats être évacué .Une possible relève est annoncé , mais un contre-ordre l’annule aussitôt . Au milieu d’une foule amicale , les hommes du 2e RCP quittent les Ardennes Belges le 29 janvier 1945 .
 
Finalement , La France respire . Von Rundstedt avait suscité bien des peurs dans les populations du Nord , qui venaient depuis peu de retrouver leur liberté . Mission une fois encore accomplie . Tous les SAS vont alors regagner les îles Britanniques , après un passage en Champagne . La mission Franklin est une réussite : Malgré des effectifs nettement inférieur aux autres unités Alliés présentes dans les Ardennes , le 2e RCP a fait beaucoup plus de prisonniers , pratiqué beaucoup plus d’intervention face a l’ennemi , et obtenu beaucoup plus de renseignements que ces régiments .
Peu d’unités seront resté aussi longtemps sur le front .
Résultats des pertes du 2e RCP :
2 Tués ( Sasoon , Prédali)
24 Blessés
8 Pieds gelés
14 Malades évacués
4 Jeeps détruites et 12 endommagées mais réparable .
En Février et en Mars 1945 , le 2ème et le 3ème RCP sont regroupés en Angleterre . Les renforts sont à l'entraînement , car chez les " anciens " , les rangs ont été considérablement creusés et c'est en Avril 1945 , les parachutistes S.A.S français vont aller donner à l'ennemi un dernier coup de poignard , aux Pays-Bas , lors de l'Opération « Amherst ».

Publié le 21/01/2018

© 2010 - 2018 Veterans Jobs Center - SARL GABIRO - Tous droits réservés - Réalisation GFX Studios