Les Chroniques de VJC

27 juillet 1953...Fin la guerre de Corée pour le Bataillon Français !

Après 3 ans de durs combats, un armistice maintenant le statu quo au 38e parallèle fut signé le 27 juillet 1953. Il y a donc tout juste 61 ans. Pour autant, les deux Corées sont toujours techniquement en état de guerre étant donné qu’aucun traité de paix n’a été conclu depuis. Lors de la conférence de Yalta, il fut décidé que les Soviétiques attaqueraient les forces japonaises stationnées au-dessus du 38e parallèle, lequel coupe la péninsule coréenne en deux et que les Etats-Unis s’occuperaient de celles déployés au sud. Cela donna lieu à la création de deux Etats : l’un d’inspiration communiste avec Kim Il-Sung à sa tête, l’autre, dirigé par Syngman Rhee, un nationaliste soutenu par Washington. Mais, le 25 juin 1950, l’Armée populaire de Corée, c’est à dire les forces nord-coréennes, dotées de matériels soviétiques, lancèrent une offensive vers le sud et mirent en déroute les troupes sudistes sans pour autant réussir à atteindre leur objectif principal, à savoir la reddition du gouvernement sud-coréen.

Après avoir été sous occupation japonaise pendant plus de trente ans, la Corée est libérée par les Alliés en 1945, et divisée en deux territoires. Le 15 août 1948, la Corée du Sud, soutenue par les Américains, déclare son indépendance et se proclame République de Corée, fixant comme capitale Séoul. La Corée du Nord, soutenue par l'URSS, devient alors la République populaire démocratique de Corée, communiste, et sa capitale est Pyongyang. Ces tensions aboutissent en juin 1950 sur la guerre de Corée.Les Coréens du Nord franchissent la ligne de démarcation du 38ème parallèle qui sépare leur état, régime communiste, de la Corée du Sud, régime pro-occidental. Le président américain Harry Truman convoque le Conseil de sécurité de l'ONU, profitant de l’absence de l’URSS. Il envoie ses troupes, sous les ordres du général Douglas McArthur pour soutenir la Corée du Sud. La Corée du Nord, quant à elle, reçoit l'appui officieux de la Chine. L'armistice sera signé trois ans plus tard.

Après avoir eu de lourdes difficultés autour de Pusan (Busan), la contre-offensive de l’ONU renverse le cours de la guerre de Corée en avançant rapidement pour prendre Séoul. Dès lors, les Nord Coréens ne peuvent que reculer jusqu’à ce que les troupes de l’ONU, sous le commandement de MacArthur, s’emparent de la quasi-totalité du territoire. Mais l’intervention des volontaires chinois renversera à nouveau le cours de la guerre. Premier combat de l'histoire entre deux avions à réaction,pour la première fois, deux appareils de guerre "nouvelle génération" s'affrontent en plein ciel. Un F-80 américain abat un MiG-15 chinois au dessus de Sinuiju en Corée. La guerre, qui fait rage depuis juin 1950, ne prendra fin qu'une fois le problème des prisonniers résolu. L'armistice sera alors signé le 27 juillet 1953 à Pan Mun Jom.Alors que les troupes de l’ONU pénètrent au cœur du territoire nord-coréen, la Chine intervient officieusement par l’intermédiaire de ses volontaires. Aguerris par 20 ans de guerre civile et sino-japonaise, ceux-ci mettent en déroute les troupes occidentales jusqu’à la reprise de Séoul. Les Etats-Unis répliqueront par des bombardements massifs et par la proposition de MacArthur d’attaquer la Chine. Finalement, ce dernier sera relevé de ses fonctions et la guerre s’enlisera autour du 38ème parallèle.

Les belligérants de la guerre de Corée, à savoir la Corée du Sud, les forces des Nations Unies, la Corée du Nord et la Chine signent l'armistice de Pan Mun Jom. L'accord prévoit la division de la Corée en deux zones à la hauteur du 38e parallèle, où une zone démilitarisée sera installée. Durant les trois ans de guerre, on dénombrera entre un et trois millions de morts et de disparus, le tout pour revenir au statu quo ante bellum.

Le bataillon français : Le 25 août 1950, le gouvernement dirigé par René Pléven, pendant la présidence de Vincent Auriol, organise la formation d'un bataillon formé de volontaires issus de régiments métropolitains, d'outre mer et des réserves dont le premier élément sera créé au camp d’Auvours en septembre 1950. Le bataillon embarqua à Marseille le 25 octobre et débarqua à Fusan (Pusan) le 29 novembre 1950 pour être intégré au 23rd Infantry Regiment de la Second (Indianhead) Infantry Division des États-Unis.Ses 1 017 hommes étaient organisés en une compagnie de commandement, trois compagnies de combat et une compagnie de blindés. Les compagnies de combat étaient divisées en trois sections, chacune disposant d’une mitrailleuse de calibre .50 BMG et de trois mitrailleuses automatiques Browning ainsi que d’une section de soutien munie de deux mortiers de 60 mm et de deux canons sans recul de 57 mm. La compagnie de blindés était composée d’une section de combat dotée de huit mitrailleuses de calibre de 12,7 mm et d’une autre section de combat dotée de quatre canons sans recul de 75 mm. Une unité de remplacement forte de quatre cents hommes venait compléter ce déploiement.

Ses compagnies se composaient de profils particuliers : la première accueillait principalement des vétérans de la Marine, la deuxième des vétérans de l’infanterie et la troisième, des parachutistes et d’anciens légionnaires. Des artilleurs et des spécialistes formèrent la compagnie de commandement, et la compagnie de blindés attira des recrues aux compétences particulières. La composition différente des compagnies apporta un motif de compétition entre elles, ce qui incita les soldats à se dépasser.Afin d'adapter ses effectifs au format américain de Regimental combat team qui est celui du 23ème Régiment d'infanterie US, dans lequel il est intégré, le bataillon français créera une compagnie mixte comprenant des soldats coréens ROK (Republic of Korea) avec un encadrement français.Il fut de tous les principaux combats jusqu'à la fin des hostilités, de leur baptême du feu à Wonju aux batailles de Twin Tunnels, Chipyong-ni et bataille de Crèvecoeur (Battle of Heartbreak Ridge).

Crévecoeur : il s'agissait pour le commandement allié d'améliorer dans le secteur Est une situation que la fin de l'offensive de Juin avait laissée par trop défavorable et d'enlever à l'ennemi un massif important qui gardera le nom de "Crèvecœur". Les opérations dureront un mois, du 12 septembre au 12 octobre car il faudra enlever un à un à l'ennemi toute une série de points fortifiés où il s'est puissamment retranché.Pour le BF/ONU les opérations culmineront avec l'enlèvement de la cote 931.Le 23ème R.I. avait reçu mission d'enlever cette cote: il y échouera trois fois. Ce fut alors le tour du Bataillon français d'intervenir. Le 23 septembre il se lance à l'assaut et il échoue. Le capitaine Robert GOUPIL, commandant la 2ème Compagnie est tué héroïquement le 26 à la tête de ses coréens. Le 27, nouvelle tentative, nouvel échec.Le Général Monclar propose alors (et impose...) au Commandement Américain un nouveau plan. Au lieu d'attaquer sur cette arête montante étroite, qui ne permet pas de manœuvrer, il faut tenter un débordement à la faveur de la nuit. Après une progression longue et difficile, le Sous-Lieutenant Dureau à la tête de sa section va surprendre un bataillon chinois. Il est bientôt rejoint par le reste du Bataillon français qui a suivi et, après un rapide combat, la position est enlevée.Par les efforts et les sacrifices qu'ils ont demandés, les combats de "Crèvecœur" resteront pour les Vétérans du BF/ONU comme du 23rd I.R. ainsi que pour tous nos Alliés, parmi les plus hauts faits de la campagne.

Le Bataillon français de l'ONU a perdu au combat 269 volontaires Français et 18 Coréens intégrés au bataillon tués,1 350 blessés (dont certains à plusieurs reprises), 12 prisonniers de guerre et 7 portés disparus. Au total, 3 421 Français se sont succédé dans les rangs du BF/ONU. Le 23 juillet 1953 ont lieu les accords de Panmunjon: c'est l'armistice. Le 23 octobre 1953, le bataillon français quitte les forces de l'ONU et embarque à Incheon pour l'Indochine. Le Bataillon français de l'ONU en Corée 1950 - 1953 a obtenu : 4 citations à l'Ordre de l'Armée Française, 3 citations présidentielles américaines, 2 citations présidentielles de la république de Corée, 1 898 citations individuelles.

Publié le 27/07/2017

© 2010 - 2017 Veterans Jobs Center - SARL GABIRO - Tous droits réservés - Réalisation GFX Studios