Les Chroniques de VJC

Sur la tombe du Soldat inconnu, une flamme pour ne jamais oublier !

Depuis 90 ans, le Comité de la flamme ravive tous les soirs la flamme sacrée sous l’Arc de Triomphe en hommage au Soldat inconnu et à tous les soldats morts pour la défense de la France. Une foule compacte de civils et de militaires s’est rassemblée ce 11 novembre 1923 sous l’arc de Triomphe. Il est 18h, le ministre de la Guerre, André Maginot, se penche sur la tombe du Soldat inconnu et allume pour la première fois la flamme du souvenir. Depuis le rituel est immuable et elle ne s’est jamais éteinte, même sous l’Occupation.

Chaque soir à 18h30 elle est ravivée et entretenue par le Comité de la flamme. Un peu plus de 500 associations, en majorité d’anciens combattants, sont unies au sein de ce comité. Au-delà du ravivage de la flamme, il entretient la mémoire du Soldat inconnu et de tous les combattants français et alliés tombés au champ d’honneur. La flamme est également devenue, depuis la Seconde Guerre mondiale, le symbole de l’espérance dans l’avenir et de foi dans le destin de notre pays.

C’est un journaliste, Gabriel Boissy, qui suggère en 1923, l’idée de placer une flamme sous l’Arc de triomphe afin d’éviter que le tombeau du Soldat inconnu ne sombre dans l’oubli. Ce projet soulève aussitôt l’enthousiasme de l’opinion publique, profondément marquée par le sacrifice des soldats de la Grande Guerre. Erigé en 1835 pour la gloire de la Grande Armée de Napoléon 1er, le monument abrite depuis 94 ans le Soldat inconnu, symbole des 1.430.000 soldats français morts durant la Grande Guerre. Chaque jour à 18H30, des anciens combattants ravivent la flamme du souvenir, allumée le 11 novembre 1923 sur la tombe du Soldat inconnu, inhumé sous une dalle avec l'inscription : "Ici repose un soldat français mort pour la patrie 1914-1918". Le 8 novembre 1920, après une longue campagne de presse, une loi "relative à la translation à Paris et au dépôt à l'Arc de Triomphe des restes d'un soldat inconnu mort pour la France" est votée.

Deux jours plus tard, sous la voûte d'une casemate de la citadelle de Verdun, siège en 1916 de l'une des batailles les plus meurtrières de l'histoire, Auguste Thin, 21 ans, soldat de deuxième classe au 132ème régiment d'infanterie, dépose un bouquet d'oeillets rouges et blancs sur l'un des huit cercueils anonymes contenant les restes de soldats français non identifiés. Ces restes ont été exhumés de huit champs de bataille : Lorraine, Verdun, Champagne, Chemin des Dames, Ile-de-France, Somme, Artois, Flandre. Le jeune soldat, l'un des rares survivants d'un régiment décimé en Champagne en juillet 1918, raconta plus tard avoir choisi le sixième cercueil en additionnant les trois chiffres de son régiment (132). Les sept autres corps furent inhumés au cimetière du Faubourg Pavé à Verdun sous un monument édifié pour l'occasion.Acheminé par train spécial à Paris, le Soldat Inconnu est déposé le 11 novembre 1920 dans une salle de l'Arc de Triomphe avant son inhumation le 28 janvier 1921.

Le 11 novembre 1940, l'Arc de Triomphe et les Champs-Elysées furent le cadre de la première manifestation publique à Paris durant l'Occupation. Des policiers parisiens et des soldats chargèrent le millier d'étudiants qui souhaitaient gagner la tombe du Soldat inconnu.Durant l'Occupation, les troupes allemandes défilèrent sur les Champs-Elysées mais en contournant l'Arc de Triomphe pour ne pas passer sur la tombe du Soldat inconnu. 

Cette flamme du souvenir est devenue, la flamme de la Nation. Elle n’est pas uniquement l’affaire d’anciens combattantsou de vétérans. Elle réunit le temps d’un ravivage hommes, femmes et enfants de tous horizons. Pour les jeunes générations, participer à la cérémonie de ravivage de la flamme est avant tout un devoir de mémoire et un geste citoyen. Ils viennent de toute la France, et parfois de l’étranger, pour se recueillir et réfléchir sur le prix de la paix et de la liberté. C’est pour cela que cette flamme de la Nation est appelée à devenir aussi la flamme de l’espérance...Dulce et decorum est pro patria mori !

Publié le 06/11/2017

© 2010 - 2017 Veterans Jobs Center - SARL GABIRO - Tous droits réservés - Réalisation GFX Studios